n

Nuances de bleu

Jennifer Esseiva

Jeux de lumières

Jennifer Esseiva ne part jamais en voyage sans son appareil photo dans les bagages ! Pour elle, le secret d’une photo réussie, c’est l’atmosphère dégagée. En ce sens, elle a choisi de travailler avec la lumière naturelle afin de pouvoir saisir, à un moment précis, une émotion particulière qui peut émaner d’un lieu. Elle photographie la beauté qui l’entoure aux rythmes des lumières du jour. Il suffit d’une certaine exposition, d’un rythme de lumière changeant ou d’ombres naturelles mouvantes pour transformer des scènes ordinaires en paysages époustouflants.

AUTOUR DE L'OEUVRE

Photographier « c’est comme peindre, mais avec la lumière » raconte l’artiste suisse Jennifer Esseiva. Et puisque chaque rayon de soleil a son importance et son influence sur le rendu final, elle n’hésite pas à se lever tôt ! Dans cette série, longue exposition et météo hivernale se mêlent pour créer une atmosphère onirique ou, à l’appréciation du spectateur, psychédélique.

Antti Viitala

Paysages de marées


Il est de ces artistes talentueux dont la vocation se révèle très tôt. Enfant prodige, Antti Viitala n'a que quatorze ans lorsque ce finlandais s'essaye à réaliser ses premières images à travers l'oeil de son objectif. Il débute sa carrière en tant qu'assistant de grands photographes de publicité et de mode avant de parcourir lui-même le monde à la recherche de panoramas grandioses. Sans contraintes géographiques, il sillonne les terres de voyage de l'Islande à l'Afrique du Sud pour s'interroger sur la puissance de la nature.

Antti Viitala est lui aussi un adepte de la lumière naturelle. Son art mêle les techniques des photographes artisans du passé à la maîtrise approfondie de la technologie moderne. Il parvient ainsi à capturer les nuances et les traits les plus subtiles de ses sujets.




L’élégante série Seascapes documente de façon minimaliste les marées au bleu profond lors des tempêtes automnales sur la plage sud-africaine de Cape-Town. Sa technique artistique lui permet de saisir précisément les mouvements de l’eau ainsi que ses textures et ses couleurs.

HARDIBUDI

L'artiste visuel

Hardibudi se définit comme unique et différent. Il ne se considère pas comme un photographe mais comme un artiste visuel. Son objectif ? Réaliser la satire du monde moderne par un processus de déshumanisation. Pour se faire, il aborde une palette de couleur restreinte, souvent binaires, et fige ses modèles dans des postures inexpressives. Cet esthétisme est calculé avec précision. Lignes et sujets se confondent dans une harmonie qui gomme toute notion de hiérarchie entre les différents éléments de la photographie.

Hardibudi a à cœur d’ancrer son travail dans la continuité des travaux d’Andy Warhol et du mouvement artistique Pop Art par le traitement des couleurs primaires, l’effet de répétition et l’effet d’aplatissement des éléments.