Livraison GRATUITE en galerie | Retours & échanges GRATUITS
Photographie d'art en édition limitée

Entretien privé avec Bernhard Hartmann


Empreintes d’un lyrisme mélancolique, les œuvres de Bernhard Hartmann témoignent de la puissance de l’objectif à inventorier, figer le patrimoine. Dans ses séries hétéroclites autour de l’architecture Newyorkaise, cubaine ou européenne, le photographe transcende le paradigme de la précision documentaire pour amener une touche critique teintée de poésie autour de ces lieux, symboles de notre patrimoine historique et culturel.


Dans ce dialogue, Bernhard Hartmann nous avoue son intention première autour de ses photographies disponibles en édition limitée et numérotée dans votre galerie YellowKorner et sur yellowkorner.com.




Découvrez ses photographies


BERNHARD HARTMANN : « Let it shine »

Comment est née votre passion pour la photographie ?
Dans mon enfance, les appareils photos étaient très chers. Un ancien de mes amis était un jeune apprenti dans un laboratoire noir et blanc dans mon village de naissance. A l’occasion d’une visite dans la chambre noire j’ai pu voir dans la lumière rouge la magie du processus de développement de la photographie sur un bout de papier photographique. A partir de ce jour, j’avais autour de 10 ou 12 ans, mon plus grand désir était de posséder un appareil photo. Le Noël suivant, j’ai trouvé un appareil Agfa Silette sous le sapin. Ma passion pour figer le temps en un instant avec un petit instrument optique pour exprimer ainsi mon imagination est née.


Une phrase pour décrire votre appareil photo?
Mon appareil photo représente un outil fascinant pour voir le monde d’une autre manière, loin de la routine quotidienne. Je peux créer un monde rempli de miracles, un monde plein de beauté et je peux de manière plus technique réaliser ce dont un peintre est capable avec ses pinceaux et sa palette de couleur. La photographie me donne la chance d’explorer non seulement mes alentours, mais mon pays ou le monde entier avec des yeux curieux mais aussi de réveiller mes premières impressions à chaque fois que j’appuie sur le déclencheur. 

image2

« J’aime ce qui est beau. La sérénité d’un beau jardin et la grâce d’un monument architectural doit provoquer la même émotion pour le spectateur. Il doit être enchanté par ses sentiments »

Quel est le plus bel endroit que vous avez visité ?
C’est un endroit abandonné surplombant un lac. C’est un endroit qui est resté secret afin de préserver son charme mystique. C’est l’endroit où j’ai photographié ma série « Jardin Oublié »

Qu'aimeriez-vous photographier pour votre prochaine série ?
Mes prochaines séries seront inspirées par mes peintres préférés. Caspar David Friedrich est celui que j’admire le plus mais d’autres vont suivre. Je ne vais pas copier leurs peintures de manière photographique mais je vais les transformer pour leur donner un sens nouveau.

image3

NEW YORK : « Cette ville miroite chaque jour, chaque mois, chaque année »

Qu'est-ce qui vous attire dans l'architecture New Yorkaise ? Le vibrant contraste entre les gratte-ciels modernes, les environs en bois, les bâtiments classiques comme le Grand Central Station ou l’Emprire State Building et le melting pot des nations représenté par les gens.

Vous aimez photographier NYC la nuit, quelle signification ou effet esthétique revêtent les lumières, les néons d'un New York by night pour vous ?
La nuit, NYC montre son propre et unique caractère, une mégalopole remplie de néons et de lumières qui donne une impression d’énergie et de changement. Cette ville miroite chaque jour, chaque mois, chaque année.

image4

« Il existe un lien immense entre la musique et la photographie. Comme une chanson, une photo doit évoquer une humeur. Les deux peuvent stimuler la mémoire ou l’inspiration. »

D’où vous vient votre inspiration ?
Mon inspiration est stimulée par les peintures, par les photographies et les films, et bien sûr, par la musique. Mon amour pour la musique m’a guidé vers la beauté des Operas Baroques.

Par exemple mon concept qui consiste à photographier des grandes villes comme New York, Shanghai ou Chicago fut inspiré de la bande son de Vangelis for Ridley Scotts Bladerunner et la bande son d’Hans Zimmers pour Batman-The Dark Knight. Parfois je trouve l’inspiration même dans un poème, une nouvelle, un roman. Ces mots qui peuvent m’évoquer des visions intérieures et se retrouver ainsi dans mes projets photographiques. 

image5

Pourquoi représenter des paysages déserts? Quel symbole souhaitez-vous partager ?
Dans mon imagination, les Opéras, Librairies ou Monuments classiques vidés de présence humaine montrent avec une plus grande intensité ce que nous admirons de nos jours dans cette architecture. Cela peut être la beauté magnifique du Théâtre Lyrique baroque ou le fantastique style Art Nouveau de l’architecture cubaine des décennies prérévolutionnaires. Mais cela peut aussi se matérialiser dans l’esthétique pure des monuments modernes comme les libraires, une architecture motivée par la simple fonctionnalité. Représenter ces lieux vides a un impact plus fort sur le spectateur.  

image6


Votre photographe préféré à YellowKorner ? 
J’admire la collection Kodak Colorama, je sais que certaines photographies ont été prises par de célèbres photographes de la côte Ouest comme Anselm Adams. J’aime aussi le style cinématographique de Formento + Formento, la façon dont Franck Bohbot voit New York et les portraits médiévaux avec des clins-d ’œil décalés de Romina Ressia.

image7
Ce site utilise des cookies

En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.

En savoir plus